Aller au contenu principal

Commémoration armistice

Publication du :

Commémorations - Hommages, Saint-Vincent-Lespinasse Publié sur la dépêche du midi le 12/11/2021 "Il y a bien quelques années que le village, qui vient d’être entièrement rénové, n’avait accueilli une aussi belle cérémonie commémorative", de l’aveu du maire de Saint-Vincent-Lespinasse, Serge Boyer, et ses adjoints. La cérémonie avancée à un jour d’école Cette 103e commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 avait été préparée longtemps à l’avance avec la professeure des écoles Julia, qui s’en est servie comme projet pédagogique, et la municipalité. Puis elle a été avancée au mercredi 10 novembre en fin de matinée pour que tous les élèves puissent y participer, juste avant qu’ils ne reviennent chez eux. Henri Dessaux, de l’association des médaillés militaires, a naturellement pris en charge le protocole de déroulement de ce moment du souvenir, en gérant les cinq porte-drapeaux. Claude Médale a lu le message de l’Union française des anciens combattants et victimes de guerre, un peu avant que Serge Boyer en fasse autant avec celui du ministère, qui rappelait, entre autres, la volonté du général de Gaulle : "En juin 1960, en inaugurant ce mémorial, Charles de Gaulle avait en effet indiqué qu’il souhaitait que le caveau n° 9 de la crypte du mont Valérien, à Paris, soit réservé au dernier des membres de l’Ordre de la Libération, qu’il avait créé en novembre 1940. Hubert Germain, dernier compagnon de la Libération, décédé il y a un mois, y repose depuis ce 11 novembre 2021." Avant la minute de silence et le chant de "la Marseillaise", les enfants ont égrené un à un les onze noms de victimes de la Grande Guerre (Joseph Delong, Hugues Delthil, Adrien Desvals, Henri Grenier, Frédéric Holmières, Jean Lespinasse, Antoine Leygues, Clément Merle), celui de Rémy Boussié mort au service militaire en 1931, des cinq de la guerre de 1939-1945 (Georges Lacoste, Joseph Delpouch, Alfred Barthélémy, Jean Touzac, l’abbé Maurice Canteloubes) et d’Étienne Holmières, victime de la guerre d’Indochine. Comblé par cette belle cérémonie, Henri Dessaux a félicité les élèves et leur maîtresse : "Merci pour votre participation. Le devoir de mémoire commence par le fait de l’apprendre à nos jeunes générations." C’était donc une belle idée d’avancer la cérémonie à un jour d’école.

Retour